Un Bi Bien Actif 2

Voila peu de temps je vous ai raconté l'histoire de Vincent, un mec marié père de deux enfants, très libre sexuellement puisqu'il m'a dit être bi et apprécier les plans à plusieurs. Je ne savais si je le reverrais. Et bien c'est chose faite et les plus de 8000 lectures de la première partie m'encouragent à vous raconter la suite, véridique, bien entendu.

Vincent est actif, il a 41 ans. Un beau mec bien gaulé un mètre soixante seize, pour 74 kilos, brun, beaux yeux noisette. Le mec pleinement viril, en jean basket, mais alors le must reste le torse avant de découvrir la suite. Sans une once de graisse, de petits duvets dispersés sur sa poitrine et une belle ligne qui descend du nombril au niveau du boxer. Deux mamelons ronds pas très gros, mais qui pointent. Ce mec j'ai eu envie de lui rien qu'a le voir habillé, alors vous pensez bien que lorsqu'il s'est déloqué, ce fut un festival. Le boxer était bien garni d'avance. Et ses vingt centimètres de chair sur 4- 4,5 ont fait le reste. Une belle queue majestueuse, bien veinée et recourbée vers le haut. L'engin type que l'on prend d'emblée en bouche pour lui faire le plus grand bien.

Ce soir il revient pour la seconde fois et en bon actif qu'il s'était décrit avant notre première rencontre, il avait bien précisé que son kif à lui hormis prendre un bon cul était de sucer une bonne et grosse teub. Et mon zob de 20 sur 5 avec son gland large en col roulé l'avait fasciné. Putain qu'il m'avait bien sucé avant de me baiser à fond. Comme une chienne, et dans toutes les positions. Moi je m'appelle Bruno j'ai 50 ans , j'ai été homo refoulé pendant longtemps avant de prendre conscience que telle était ma sexualité. Et depuis 18 mois environ, j'expérimente. Et j'y prends un plaisir fou. Je me suis jamais autant éclaté au pieux. De pur actif, j'ai évolué pour être désormais recto/verso au gré des occasions qui se présentent et de la tendance et des envies du moment.

Et je le vis très bien. Bon j'avoue que la première fois ou je me suis fait enfiler, ce n'a pas été l'extase imaginé. Mais j'ai persisté et voilà qu'un an après ma première sodo, Vincent est le second à m'avoir apporté le plaisir anal. Il m'a transporté et j'ai ressenti une contraction de mon anus tout en éjaculant sans me toucher tant il m'a labouré l'intérieur. C'est d'ailleurs pour ça que j’espère le revoir depuis plusieurs semaines. Nous avons accordés aujourd'hui nos emplois du temps. Pour la petite histoire je n'ai rien d'un play-boy, un peu d’embonpoint et je suis fortement poilu, sauf le sexe rasé.

Ce soir chacun se défroque de son coté. Moi je suis à la salle de bain pour une petite toilette. Lorsque j'arrive, Vincent est assis sur le canapé à poil, la bite bien bandée. Il se branle doucement en attendant, et de le voir ainsi, éveille mes sens. Je me dirige vers lui, pose ma main sur sa tige et me baisse pour venir l'emboucher. Le ton est donné. Je suis donc le visage penché entre ses cuisses et me suis mis à genoux à la gauche de sa cuisse. Les fesses en arrière. Et je plonge mes lèvres directement sur l'objet que je convoite. Elles s'entre ouvrent et ma langue vient se poser sur l’urètre. Mes lèvres se rejoignent pour aspirer cette hampe bien recourbée. Quelle sensation délicate. La peau de sa queue veinée est douce. C'est un plaisir de faire coulisser ce membre, au bout duquel pointe une goutte de liquide pré séminal. Je m'active de haut en bas de ce sexe majestueux. Vincent à passée sa main entre mes jambes et branle mon vit avec vigueur. La sensation de ses doigts et de sa paume, me ravissent. Je suis bien bandé également. Il sait y faire. Et à chaque passage du creux de sa main sur mon gland, l'effet me transporte. Il est vrai qu'il aime s'occuper d'une pine. Pour ma part ma langue est tirée et je léchouille désormais son sexe de tous les cotés. Aucune face n'y échappe et je descend aussi gober ses testicules. Et je les fais rouler entre mes lèvres.
Mon partenaire émet des sons qui me laissent penser qu'il approuve pleinement. Et je remonte de plus belle, pour revenir sur ce sexe bien lisse, rasé de prés. Puis je le fait disparaître au plus profond de ma bouche. Cela m'arrache quelques hauts de cœur. Mais c'est tellement bon de se prendre un chibre comme cela, que ça ne me freine pas.

Vincent m'attire vers lui il est resté assis et veut que je positionne mon sexe en face de sa bouche. Et le voilà qu'il s'active dans de savants va et vient sur ma queue à son tour. Et il s'enfonce bien profond en gorge mon mandrin, et il me bouffe le bout de la bite avec gourmandise. Sa bouche s'active sans arrêt, sur chaque coté comme s'il voulait la mâcher. Ses soupirs a chaque aspiration en disent long sur le plaisir qu'il y prend. Parfois il fait descendre mon gland dans le fond de sa gorge. J’attrape sa nuque par derrière pour m'y enfoncer davantage. Il adore et me pousse même à me maintenir dans cette position le temps qu'il ne puisse plus respirer. J'aime cette façon virile de bouffer de la queue. Il respire le mâle en rut. Les rôles sont échangés et je branle désormais son engin en mettant parfois de la salive sur ma paume pour le branler et le faire mieux coulisser. Quand je n'appuie pas sur sa nuque. Je titille ses pointes de seins et dés que je les abandonne, il prend ma main pour la repositionner. Je tord et caresse ses mamelons. Son buste se tend pour s'abandonner davantage. Qu'il est bandant et bon amant ce mec. Il n'y a vraiment rien à jeter. Et cela dure ainsi. Je pense par moments qu'il va me faire jouir, mais il sait relâcher la pression. Et nous alternons les rôles plusieurs fois. Puis il me demande de m'asseoir sur ses genoux, tout en tendant mon torse et en me collant à lui. Nos sexes se touchent. Je lui mordille le cou à ce moment, j'en ai trop envie. Il choppe nos deux queues qu'il branle ensemble. Je baisse mon regard et constate que la mienne est bien plus épaisse que la sienne.
Et il kiffe.
Puis nous ondulons tous deux pour que nos sexes se frottent. Ces contacts épidermiques nous font pousser de forts soupirs. Ce genre de contacts est quelque chose que j'aimerais tant vivre en pratiquant une double sodo sur un mec. Et sentir une bite se coller ainsi à la mienne dans des va et vient cadencés. Je pense à ce moment là qu'il va falloir vraiment que j'expérimente tant cette sensation de deux sexes collés l'un à l'autre est bonne.

Vincent se redresse et son sexe passe derrière mes fesses. Et je me frotte ainsi le long de sa barre bien ferme. Il se tend pour bander encore davantage, mais il est au max. Cette épine de chair dure et tendue, je l’espère.
Mais il joue encore avec mon sexe et le paluche encore plus. Il se trouve à hauteur de ses pecs. Et il pointe sa langue et me dit: «donnes moi ton jus».
Sa bouche revient sur ma hampe. « branles toi dans ma bouche, j'adore» ajoute t-il telle une supplique. Je ne me fais pas prier, et il gloutonne à nouveau mon gland, puis le ressort. Ma main s'active, le plaisir est à fleur de peau. Il ouvre grand sa bouche et la maintient ainsi. De le voir ainsi sa bouche en offrande, en attente du sacrifice m'excite au plus haut point. Surtout qu'il vient lécher mon gland de temps à autre. Et il titille mes pointes de seins qui gonflent. Ça y est mon souffle devient court. Je ralenti la cadence de ma main pour tenir plus longtemps. J'adore ce petit instant ou on croit que l'on va venir. On relâche la pression qui redescend instantanément, puis on repart de plus belle. Faire cela plusieurs fois de suite est à la fois un supplice et un péché de gourmandise. Tout à coup, un coup de langue bien appuyé de sa part, et je sens que ça monte.
«Je vais jouir, oui ou oui ça vient». Il reste vaillant la bouche grande ouverte. Le premier jet arrive pile dans sa bouche, que déjà il referme ses lèvres sur mon sexe. Il prend tout, je sens mon sperme abondant lui remplir la bouche, au moins quatre bons jets, qu'il récupère avec sa langue gourmande.
Quel plaisir. Il se remet à aspirer mon sexe. Sa bouche ne veut plus s'en séparer. Que du bonheur, j'aime trop sa façon de faire. Je repositionne son sexe le long de mes fesses, toujours face à lui. J'ai le gel et les préservatifs à portée de main. Je me frotte contre lui sans capote tout d'abord puisqu'il n'y a pas pénétration. Juste un frotti frotta, pour le maintenir bien tendu. Et il glousse au contact de son sexe le long de mon postérieur. Je me positionne pour lui laisser croire que je vais le laisser me pilonner ainsi. Pour aussitôt me relever. Cela l'excite. Je chope une capote que je lui tends. De mon coté je me tartine de gel. Je viens enfin me positionner sur son vit. Je le sens s'introduire en moi, mais j'ai une gène soudain. Je me repositionne plusieurs fois ainsi. J'ai trop mal, je crois que ce ne sera pas pour ce soir. J'ai joui et débandé en partie et je pense que l'excitation joue quand même. Je me suis levé et penché sur le dossier du canapé pour présenter mes fesses. Rien n'y fera la douleur est vive.

Pourtant j'ai tant envie qu'il me baise comme la fois dernière. Mais je ne peux insister, je sens que mes sphincters sont resserrés, et que cela devient trop douloureux d'insister. Vincent comprend et se rassois. Ma bouche va faire l'affaire. Je viens reprendre son sexe, toujours tendu à merveille. Et je m'active et j'avoue qu'il est fortement excité car autant la fois dernière il avait été long à venir autant je le sens palpiter sous ma langue gourmande. Je soupèse ses petites balloches en les serrant tour à tour. Et je suce et j'aspire et je branle à mon tour. Vincent me branle pendant ce temps là. J'ai perdue de la vigueur mais j'apprécie néanmoins son cadencement manuel.
«Oui c'est trop bon je viens» Il semble vouloir prendre son engin en mains, mais pas question, je vais lui rendre la pareille. Un superbe long jet blanchâtre atterri sur son ventre, dans un petit râle typiquement masculin, aussitôt suivi de plusieurs jets. Je tends ma langue et en lape un ou deux au passage , puis je viens refermer mon emprise avec ma bouche pour qu'il m'offre le reste. Et ma langue tourne doucement, son sexe palpite, mais cela lui fait mal et je n'insiste pas. Sa crème à un super bon goût en bouche, et je me délecte comme il s'est délecté de mon lait juste avant. Les étreintes de nos sexes se relâchent. Quel beau moment nous venons de vivre.

J'ai adoré, tout comme lui la passion et la conviction de notre échange. Encore différent du premier, et je suis sur que le prochain n'en sera que meilleur.

Comments:

No comments!

Please sign up or log in to post a comment!